6 AC

Cours complet, et vérifier
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Synthèse JUIN A PARTIR DU BAHAUS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lowic
Modérateur
Modérateur


Messages : 122
Date d'inscription : 29/02/2008
Age : 26
Localisation : Braine-le-Château 1440 RPZ !!!

MessageSujet: Synthèse JUIN A PARTIR DU BAHAUS   Dim 7 Juin - 18:43

'Check that motherfuck'

BAHAUS

Klee

1.Weimar

Mouvement, école, créé par Walter Gropius en 1919. Ecole d’art décoratif avec des éléments des cours des beaux arts. Il en est le directeur. Le but de cette école est de supprimer la différence entre artiste et artisan.
L’union entre l’art et l’industrie, série d’artiste qui vont travailler dans cette école : KANDINSKY, MOHOLY NAGY. Ils veulent mener une réflexion sur l’engagement de l’artiste dans la société. Synthèse dans l’art de l’artisanat et l’industrie afin de répondre aux besoins de la société, et de créer des produits de masse qui soient esthétiques et fonctionnels, d’une grande qualité.
MEYER aussi est un architecte principal dans le BAHAUS. Influencé par CEZANNE, KLEE fait des toiles très cubistes.
Ils vont s’affranchir des contraintes liées à l’expressivité de la ligne.
Idées lyriques, pas de cerne réellement présent. KLEE va créer un univers intérieur, le thème central se rend sur l’analyse du langage pictural et sur le choix du moyen d’expression. Grand intérêt pour le Der Blue Richter. Il va partir en Tunisie et trouver la puissance et le rythme, le dynamisme des contrastes chromatiques. Idée maîtresse de puiser l’élan de la nature.
« Poisson doré »  Il va réaliser des formes avec des structures très vives et des plages de couleurs très vives. Il fait la forme indépendamment de la couleur.
« Tod » signifie la mort, fin de sa vie.
DE CHIRICO (peinture et sculpture de l’irrationnel)
Inspiré par Nietzche (philosophe), l’existence est pétrifiée dans un espace théâtral où le temps est suspendu. Idée de générer une autre réalité. Ces personnages qu’il créée vont être un intermédiaire entre l’homme et la sculpture.
Jeu particulier des lumières, idée de donner une sensation dérangeante. Idée d’avoir une reconnaissance.
CONSTANTIN BRANCUSI, révolutionne le monde de la culture, sculpteur fortement influencé par RODIN. Idée du socle indépendant, qui est lui-même une sculpture à part entière.
« Le Baiser » Idée de traiter la forme comme une forme épurée. But d’enlever les doses superficielles dans la sculpture, se débarrasse donc des excroissances, du superflu.
1916 à 1924, Dadaïsme, ensemble d’artistes qui refusent la guerre et qui vont aller à Zurich en Suisse. Mouvement d’opposition et de création, mouvement littéraire.
Les jeunes s’entretuent à cause de la société et du langage, qui est la forme de la logique.
Point de départ du mouvement : Zurich.
Aussi à NY et à Berlin. Idée d’expérimentation.

Caractéristiques :

- Accent sur l’objet
- Besoin de détruire le ‘passé’
- Diverses techniques

MARCEL DUCHAMP, va créer des œuvres en Europe, il s’en va à NY à cause de la guerre et va créer son mouvement DADA à NY qu’il va appeler « 391 ».
Ce qui est innovateur avec les DADA, le simple fait de mettre qque chose dans un musée fait une œuvre d’art, on passe dans la CONCEPTUALISATION (omagad).
« Roue de bicyclette » 1913, le début de la réflexion de MD. Fondement physique et psychique. « Rien n’est dans l’art omis ce que l’on définit comme art ».

READY-MADE : objets déjà réalisés, objets industriels, que l’artiste va considérer comme une œuvre en soi.
1D : Acte de reconnaissance
2D : Idée de l’artiste qui est plus importante que l’œuvre

BRANCUSI a travaillé un mois dans l’atelier de RODIN (on s’en fout)

« Fontaine » signée anonymement par MD, par « Mutt », pas de reconnaissance de l’artiste  refus de l’objet, industriel, dans les musées.
MD établit le développement de l’art conceptuel en Amérique.

Georges Grosz : représentations caricaturales et dénonciatrices, il dénonce aussi la société bourgeoise
Jean Arp, américain et ami de MD, il créée « Tête de Tzara », destinée à être pendu. Il veut composer et il s’intéresse à la loi du hasard.
Picabia fait aussi partie du DADA. Le concept de destruction de la société du DADA, va former les bases du mouvement suivant, LE SURREALISME.

SURREALISME (1924-38)

Etude du psychisme, rejette l’intellect
Après la guerre, le mouv. DADA va se couper en deux, à Paris d’une part  Tristan Tzara (écrivain)  André Breton qui à partir du DADA va créer un mouv. Surréaliste.

C’est avant tout un mouvement littéraire, ils s’intéressent à la dimension de l’inconscient et veulent se libérer du poids de la conscience. Ils vont utiliser l’AUTOMATISME, qui va leur permettre de se libérer. Les surréalistes ne veulent pas donner une idée de profondeur mais une idée de l’image de la profondeur de l’être.
Ils se basent sur l’idée de rejeter la société et de créer une nouvelle société.
Pour mettre des sentiments ils vont se laisser aller dans l’AUTOMATISME PSYCHIQUE DU GESTE PUR.
Ils veulent se déconnecter de leur cerveau, et veulent écouter leur force intérieure. (donc en gros, ils fonctionnent au lsd…)

Plusieurs moyens, cadavre-exquis, drogues,…
« Hirondelle et Amour » 1934, de Miro, certaines couvertures vers l’abstraction, système.
« Personnage de chien » 1949
MAN RAY, « rayogramme » il cherche l’inversion de la réalité.
ANDRE BRETON est opposé au SURREALISME ABSTRAIT
« L’éléphant celebe » de Ernst.


DALI « Persistance du savoir »
« Paranoïa critique »
Il est dans l’excentricité.
Formes qui démontrent une autre consistance que dans la réalité. Montres qui sont molles à cause du manque de résistance au temps.
« Girafe en feu » : élément élémentaire du désir.
Idée de mettre en évidence les angoisses, l’impuissance, la morale et le désir
MAGRITTE, peinture léchée, lisse.
PAUL DELVAUX
« Le salut », élément qui n’ont rien à voir dans un contexte définis. Il appartient à l’atmosphère, il n’est pas surréaliste.

PEINTURE CONTEMPORAINE EN AMERIQUE .
Art basé sur l’expérimentation et sur tout ce que les écoles contemporaines ont apporté. A la fin de la 2e guerre mondiale tout change, ils vont développer une nouvelle manière de conceptualiser l’art, avant l’influence européenne prédominait.
L’art est profondément lié au commerce, à la vente de tableaux.
Le MOMA 1929 NY  Museum of Modern Art
GUGGENHEIM, (Gugge quoi?? Stfu !), ils vont organiser des expos avec des toiles européennes. En 1945 ils vont exposer leurs toiles. Ils vont aller au-delà de la simple présentation des œuvres d’art.
Ateliers, recherche, le musée va plus loin, fonctions plus importantes.
Ils vont se baser sur les conceptions des expressionnistes, cubistes, dadaïstes, futuristes, surréalistes et constructivistes.
Transformations en art des objets de la vie quotidienne par l’application de sa signature. L’objet n’est plus reproduit mais il se désigne lui-même comme œuvre d’art. Grâce à l’AUTOMATISME des surréalistes, cela va libérer les différents artistes.
La liberté est très importante pour les américains.

Nouvelles formes picturales, l’ACTION-PAINTING.
L’action physique qui induit sa propre dynamique. Ils vont aller dans tous les sens, le geste va avoir son importance.

Le COMBINE-PAINTING, utilisation d’objets trouvés.
Le POP-ART : utilisation de techniques de reproduction. L’action manuelle du peintre n’est plus utilisée. C’est un chemin qui va aboutir à de l’abstraction. Le spectateur doit digérer, accepter la rencontre entre une œuvre doit être une transformation.

L’ECOLE AMERICAINE ET L’EXPRESSIONISME ABSTRAIT

EDOUARD HOPPER : « L’automate » 1927, réaliste, calme, avec intérieurs et lumières artificielles. Personnages paralysés.
GRANTWOOD : « Le gothique américain » 1930 (voir l’artiste de Ju)
Ce ne sont pas des œuvres très expérimentales contrairement à l’Europe.

GORKY et l’EXPRESSIONISME ABSTRAIT : on le classe de manière traditionnelle dans la peinture populaire américaine, artiste important, car il va lancer l’expressionisme abstrait.

« Le foie et la crête du coq »
 très coloré, recherche au niveau des vocabulaires chromatiques, influence de KANDINSKY ne fusse que par le titre.
 grande liberté de mouvement
 primauté du geste de l’expression du geste du peintre.
Il utilise l’AUTOMATISME, tout le corps travaille dans ce type d’œuvre, Subjectivité.
Aspect ébauché, non fini.

POLLOCK est l’un des premiers artistes à reprendre la touche picturale de Gorky, des cultures indiennes, d’où il va reprendre les ressources lumineuses, ainsi que des choses imbriquées. Cela va le mener ver l’abstrait. Influence des dessins de Picasso, influence de l’automatique et du surréalisme. Il va aussi s’inspirer d’un personnage connu de culture indienne. Cette technique d’automatisme permet de donner des sens oniriques et biomorphiques.

Différences entre les deux :

GORKY veut exprimer son « moi », son inconscient, éléments de figuration.
POLLOCK cherche à donner forme à un inconscient collectif peuplé de figure mythiques semblables aux totems.

POLLOCK va utiliser le DRIPPING, POURING.
Procédé mis en œuvre par André Masson. Consiste à projeter de la peinture sur toile  truelle, couteau, doigt, poney

POURING = collage de matériaux

La figuration a disparue au profit d’un espace où il y a une certaine profondeur. Pulsions de l’artiste.
ALCHIMIE = Huile sur émail, technique du dripping…

Donc, Pollock utilise :
Dripping = projection, Pouring : étale
« Portrait of a dream » 1953  à l’émail noir sur toile écrue.

ROBERT MOTHERWELL 1915-91
Réflexion + soignée, préfère pratiquer une peinture proche de l’inconscient. Il va choisir de très grands formats pour plus de lyrisme. Le geste prime malgré une certaine retenue. Gestuelle moins appuyées, blanc important malgré le noir, référence à la guerre civile (comme Picasso et son Guernica).

WILLEM DE KOONING, artiste européen en 1950, il va être un brillant représentant de l’expressionisme abstrait. Il va migrer en 1926. tjrs des élément identifiables, la peinture va prendre des éléments autonomes, facture très expressive, impétueuse agressivité.
« Abstraction » 1949  Crâne d’Adam
Il va jouer sur le figuratif et l’abstrait. Très grande influence de Picasso. Il va représenter la femme sous plusieurs formes, « Women » ALL OVER tout réparti sur le même plan.

 femme fatale qui représente une sorte « d’idole » agressive, …
 geste très présent, pas de perspective. Art conçu comme une action, une énergie. Il va réduire la femme à des attraits corporels exagérés. Notion de rapidité d’exécution.
On voit le geste sur la toile  figuratif et abstrait.
Il peint les yeux fermés, pour faire ressortir l’intelligence de la main. Critique de la femme fatale.
« Woman »2, + de couleur, + de blanc, + de joie.
Il va se diriger vers des « sans titre » 1970, compos. Abstraites, mélanges de couleur, blanc très présents.
Energie intellectuelle et émotionnelle dans l’acte pictural. Elément primordial : humeur de l’artiste, il va passer à un mouvement plus tranquille  COLOR FIELD PAINTING
Idée de changer, utiliser la couleur pure pour satisfaire leur émotion. Caractère monolithique = un bloc.
Etude de l’expérience en soi.

MARK ROTHKO => artiste qui va réduire ses formes à de grandes formes rectangulaires.
Ses champs sont généralement horizontaux. Il veut créer un dialogue entre ses valeurs chromatiques.
Idée de créer une atmosphère chromatique, notion mystique et spirituelle.
« Sans titre » 1949 fond jaune avec des variantes les couleurs vont communiquer entre elles, l’abstraction était le meilleur moyen de représenter son mysticisme,…
Il va réduire son répertoire à des simples formes géométriques.
Il va décliner dans différentes variations, tonalités.
Idée d’avoir une attitude contemplative.
« Numéro 10 » 1950, sera le fruit d’une paix intérieure.
Idée d’infini, d’univers, d’équilibre, transcendance, ascension des couleurs.
C’est pas le geste mais les couleurs qui sont expressives. Valeur sentimentale et spirituelle, oppositions dans les couleurs.


Dernière édition par Lowic le Dim 7 Juin - 18:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lowic
Modérateur
Modérateur


Messages : 122
Date d'inscription : 29/02/2008
Age : 26
Localisation : Braine-le-Château 1440 RPZ !!!

MessageSujet: Re: Synthèse JUIN A PARTIR DU BAHAUS   Dim 7 Juin - 18:45

JOSEPH ALBERS
Etude pour « l’hommage au carré »  symétrie,…
Idée que le spectateur va pouvoir proposer ses propres idées, touche picturale très lisse et géométrique.
Idée de créer un art purement abstrait.
Très influencé par les constructions constructivistes, il réduit les moyens picturaux.
C’est un artiste qui défend le renouveau de l’art pour l’art.
Il rejette les automatismes surréalistes.
« Red Abstract » 1952. Il va utiliser le processus de création des monochromes, superposition de rectangles des tons qui varient très légèrement, pour donner une impression de croix. Il va aboutir à des rectangles aux traits précis.

BARNETT NEWMAN  réalise des tableaux à très grands formats.
« Ornement 1 »  « Zip » au milieu  1948 (assez petit)
Formes simplifiées relativement lisse et calme.
Animation avec le ZIP.
Les implications philosophiques et réductions formelles, on va arriver au MINIMAL ART.
« Vit Heroicus Sublimus »  2m42 5m13
A partir de 48, il va réaliser de grands champs uniformes qui sont mouvementés par le Zip. Il veut que le spectateur ait la même attitude que s’il était confronté par la vie et la mort.
« Adam » 1951-52  plusieurs ZIP
La ligne est le premier trait de vie (acte créateur) le geste par lequel Dieu tandis la main dans le grand vide, pour séparer la lumière des ténèbres. Il a voulu faire la répétition de l’acte créateur.
Ses toiles sont immenses comme des fenêtres dans le mur. Idée d’amener le contemplateur à une réflexion.

LOP-ART (abstraction géométrique) caractérisé par un art très sobre marqué par l’absence d’écriture et de facture personnelle, et de traces de réalisation de l’œuvre, sériel, plusieurs séries dans lesquelles on va apporter des variantes chromatiques. Effets d’irritations optiques.

VICTOR VASARELY (œuvre princip. : Arcturus)
Il ne veut pas créer de message difficile à interpréter, il ne veut pas de confrontation décorative. Structures formelles qui sont là, et qui parlent au spectateur par l’intermédiaire de la vision pure. Développement avec un répertoire de formes géométriques et de couleurs.
Il travaille sur des prototypes initiaux, jusqu’à l’élaboration de la partition  motif de base pour le modèle. Elle pourra être utilisée plusieurs fois.
« Zett-Kek » idée de jouer et d’entrer en profondeur dans la vie de tous les jours et dans l’urbanisme. Idée de faire des créations intégrées dans les architectures. Il veut s’opposer à la monotonie visuelle.
POST PAINTERLY ABSTRACTION, 1960
Tableaux qui veulent se rattacher au COLOR FIELD PAINTING, ils veulent qque chose de plus efficace.
Ils veulent se diriger vers une voie d’un emploi absolu de la couleur. Ils veulent également éviter toute illusion spatiale et souligner la surface de cette couleur. Ils veulent des peintures existantes pour elles-mêmes. Pas de message spirituel mystique. Pas de contraintes ni de connotations.

FRANK STELLA : il va poursuivre la réduction des champs de couleur, dans ce qu’il appelle des châssis. Il va créer des CANVAS. «Shaped Canvas » forme fondamentale et élémentaire du tableau non-appliqué.
Champs de couleurs qui déterminent le format du tableau. Conception de 3D dans le tableau. Réflexion au niveaux des bandes de couleurs, pour qu’elles soient organisées pour favoriser au maximum leurs interactions. Rigueur mathématique. Art minimaliste.
« Ile de Guadeloupe CARACARA »  il met par-dessus différents éléments en relief  compositions que va créer le format de la toile et non l’inverse. Agencements composés d’une multitude d’éléments qui unifient l’ensemble du tableau. Couleurs stridentes et bigarrées.





COMBINE PAINTING
Les dadaïstes avaient déjà une conception poétique et esthétique avec des objets trouvés. Fragments d’objets retrouvés sur la toile.

Idée d’incorporer des objets de la vie quotidienne des années 50, se servir de ces objets pour remettre en cause la portée du langage pictural par l’imbrication des réalités artistiques et de la vie quotidienne.
Sorte de réaction face à l’expressionisme abstrait. C’est un mouvement « pré pop’art »
- Retour aux sujets quotidiens
- Œuvres de tous les jours
- Fond pictural devient support des arrangements  Néo dadaïsme
- Combinaison de différentes techniques et objets afin de fixer ces objets sur un fond.

ROBERT RAUSCHENBERG

- Artiste qui va faire coexister dans es œuvres de la peinture traditionnelle et des supports.
- Son collaborateur JASPER JOHNS travaille dans le même style, ils utilisent des images courantes qu’ils vont isoler artificiellement, addition des œuvres.
- Application d’une touche par-dessus, dynamique et nerveuse.
1954, création du mouvement.

Junk-Art : la peinture n’est plus au premier plan, objets, fragments d’objets, incorporés à la surface picturale. Ce sont des déchets provenant de la société de consommation.
- Idée d’avoir un réalisme brutal, où l’on peut apercevoir les coups de pinceaux.
- Mouvement qui va poser problématique sur les normes esthétiques ainsi que les questions sur la société de masse et de conso.
« Bed », le lit devient tableau, car il est apposé sur le mur. On relance l’art dans une nouvelle direction avec RAUSCHENBERG.
« Lincoln »
« Trophy n°1 » 1959 idée de faire une œuvre à la base de notre société de conso.
 Support à la peinture, idée d’introduire le temps et la durée de vie.

JASPER JOHNS
- le pop-art, il va placer des déchets à l’arrière, où il va peindre plusieurs choses dessus, ici le drapeau américain dans « drapeau ».
- idée de réflexion sur les déchets qui se trouvent sous l’œuvre.
- Utilisation de moyens picturaux de l’expressionisme abstrait.
- Idée que la vue d’objets familiers peuvent pousser le spectateur à chercher les qualités poétiques.
- Source d’inspiration pour les artistes du pop-art.
- Inspiration au DADA  objets vie courante,…

Il va faire une série de sculptures qui reproduisent à l’identique l’objet, l’étape suivante étant de prendre l’œuvre telle quelle.

A partir des années 70, il va réaliser une série de tableaux, qui appartiennent à l’abstraction pure, sans motif, hachures obliques.

Impulsif, sauvage, rapide, jeu subtil d’hachures obliques.
- idée de triptyque et ALL OVER

LE POP-ART

- le nom pop-art vient de popular art. fin des années 50
- sous l’impulsion des artistes tels que JASPER JHONS
- On tire les inspirations et motifs de la société de masse, production industrielle, sérielle. Influence de la pub et des médias.
- Recherche sur le quotidien, réflexion sur la consommation.
- Les artistes Pop-art vont critiquer cette réflexion.
- Propositions d’œuvres impersonnelles, claires.
- Recours à la sérigraphie.
- Intégration, parfois, d’objets dans les assemblages.
- Le pop-art s’adresse aux traditionnels visiteurs de la gallérie et du musée.
- Suppression de la frontière entre la vie quotidienne et l’art avec les objets.
- Sujet : - Consommation, Stars, BD, Produits commerciaux.
- Intégration de ces sujets pour avoir un parallélisme avec les médias.
- Mise en évidence de la conso, et de la culture basée sur une technologie triomphante.
- Ils vont critiquer cela d’une manière humoristique, répétitive et violente.

ANDY WARHOL (1928 – 87)

- Critique les stars mais en devient une, il entre donc dans le système
- Commence en illustrateur
- Créée la BD « Truman Capote »
- Entre dans la PUB, il va faire des chaussures
- Allusion permanente à la société, au « STAR SYSTEM »
- 1960, tableaux sous BD, les autres sur des étiquettes de conso
- Tout ce qui est familier il va le reproduire.
- Immenses toiles (ex : les boîtes CAMPBELL )
- Pop’art qui renvoie la déshumanisation de la société.
- Diff : impersonnel, pas de touches, pas de fougue, ordonné.
- C’est un modèle pour les peintres amateurs.
- Volonté de mettre en cause tout ce qui est contexte classique, originalité.
- Plus de 2000 tableaux dans son loft à NY qu’il va appeler FACTORY = USINE.
- Il veut concurrencer la productivité de PICASSO
- Fait un film « loft et compagnie »
- Film de 8h sur l’empire state building
- Utilisation de la sérigraphie (ex : Marylin)
- Veut glorifier la star, tout en mettant son statut de conso en cause
- Il le déclare lui-même : ‘Je veux être une machine’
- « Multiplied Jackies » volonté de dépersonnaliser l’œuvre
- « Marylin » 1964, la notion de personnalité disparait totalement, Marylin qui était une icône pour les USA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lowic
Modérateur
Modérateur


Messages : 122
Date d'inscription : 29/02/2008
Age : 26
Localisation : Braine-le-Château 1440 RPZ !!!

MessageSujet: Re: Synthèse JUIN A PARTIR DU BAHAUS   Dim 7 Juin - 18:45

- Il choisit des portraits et peint par-dessus
- « Liz colorée » 1963  oppose la question sur l’identité des stars dans la société. Il va toucher à la mode, la presse,…

ROY LICHTENSTEIN

- Accorde une place primordiale dans la BD
- Dessinateur, graphiste  1ere expo en 1951
- Tournant décisif en 1960 dans sa carrière
- Eléments industriels, de la PUB et de la BD
- « M-MAYBE » 1965  motifs tiré d’une BD, idée d’isoler une image, une séquence, de la transposer sur la toile, en lui faisant subir un agrandissement assez important.
- Retrace d’abord les contours du modèle choisit, et il projette sur la toile à l’aide d’un épiscope. Ensuite il peint, noircit, couleurs primaires,…
- Il mise sur un public susceptible de comprendre de telles œuvres
- Volonté de revisiter des courants majeurs tels que le SURREALISME
- Thèmes que l’on remarque au surréalisme de DALI par ses formes imaginaires.
- Utilisation de grandes toiles, tjrs avec un motif imprimé
- « Razzmatazz » 1978, mélange de CUBISME, et de SURREALISME.
- Peint les trames de manière méticuleuse, et prend les manières cubistes dans les différents éléments.

MINIMAL-ART

- Sens en parallèle avec le POP-ART
- Voit le jour aux USA
- Nouveau développement de l’abstraction américaine avec une purification extrême des formes et des couleurs
- Volonté de distanciation entre l’œuvre et son créateur
- Mouvement influencé par le constructivisme de Tatline ainsi que par des artistes comme Stella
- Généralement des œuvres en 3D
- Parfois, des œuvres donnent une profondeur, on peut aller dedans
- On abandonne la peinture
- Objets spécifiques
- Structure d’environnement qui va s’apparenter à l’architecture
- Les formes sont simplifiées à l’extrême
- Gamme chromatique très réduite
- Insistance sur le coté impersonnel des œuvres
- Utilisation de matériaux industriels, couleurs et formes très simplifiées
- Cet art est considéré comme le prolongement de l’abstraction chromatique de Stella
- Simplicité impersonnelle, réalisation industrielle
- Travail sur des plaques de pins, puis métal, œuvres en 3D




ROBERT MORRIS

- Pionnier, théoricien du minimalisme
- Œuvres sculptées à la relation mouvante entre la sculpture et l’espace dans lequel elle s’instruit.
- Attention aux variations et perceptions du spectateur dans sa relation avec l’œuvre
- « Sans titre » 1970, idée d’utiliser la lourdeur et la densité de ce feutre
- Recherche de la perception immédiate face à l’œuvre
- « Sans titre » 1966 il va faire une œuvre où l’on voit les différentes positions possibles.

DONALD JUDD

- Ecrit un texte ‘Specific Object’
- « Stack », inox, reflets, juxtaposition linéaire d’objets industriels, ici rouge
- Opposition à l’aspect arbitraire
- Notion de simplicité de répétition et de rythme
- Plusieurs séries de pareils

TONY SMITH

- « Die »
- Insistance sur la phénoménologie de la perception des formes
- Etroite relation entre l’objet, l’espace et le spectateur
- A partir de 1962, il va faire des « Black Blocks »
- Influence sur les autres

CARL ANDRE

- Utilisation des briques, plaques métal, béton
- Utilisation des éléments tels qu’ils sont, sans les retravailler, produits industriels (on commence à le savoir…)
- « 64 morceaux de cèdre » 59-64  va s’interroger sur les conditions les plus élémentaires de la sculpture
- Vire les pleins
- Principe de répétitions
- Séries d’objets industriels dans le MINIMAL ART

DAN FLAVIN

- Utilise la lumière comme matière
- Placement dans une salle obscure pour le volume créé par la lumière
- « Monument à Tatline » 1964-69, Symétrique

SOL LEWITT

- Se place entre le Minimal Art et l’art Conceptuel
- Notions mathématiques et géométriques
- Cube de structure Aluminium
- Notion de répétition qui se répète (dit tel quel par Mme)
- Les proportions sont le résultat d’un calcul  ce qui importe c’est pas la réalisation mais le CONCEPT référence à notre pote Marcel Duchamp, et le DADAÏSME.
- « Wall Drawing » pastel, développe la ligne droite sur le mur.

LAND-ART

- Se développe avec SMISSEN et CALAO ( ?)
- Sites naturels isolés du monde
- Idée d’intervention de l’artiste sur le monde
- Type d’art qui apparaît avec l’émergence de la conscience écologique, ils sont généralement connus avec les photos
- Idée de faire éclater la frontière traditionnelle de l’art et de multiplier les lieux de création
- NATURE = SUJET ET OBJET
- Ephémère (toujours)
- Pas de contact direct avec l’œuvre

THE END

Voilà donc la suite qui apparaît avant tout ca (futurisme,...) sera donnée par Max demain..

NE PAS OUBLIER LES FEUILLES SUR L'ARCHITECTURE DE BARCELONE ! (Rolling on the floor laughing)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Max



Messages : 96
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Re: Synthèse JUIN A PARTIR DU BAHAUS   Dim 7 Juin - 18:54

les profs sont dingues quand même...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Synthèse JUIN A PARTIR DU BAHAUS   Aujourd'hui à 23:09

Revenir en haut Aller en bas
 
Synthèse JUIN A PARTIR DU BAHAUS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La folie en embuscade - Des voix dans la tête - Etoile bipolaire, vendredi 3 juin à partir de 20 h 55 sur Arte
» Un modèle syntactico-prosodique pour la synthèse de la parole à partir du texte en arabe standard voyellé
» Ce 2 juin 2014 , abdicat° du roi d'Espagne : quel lien avec les prophéties ?
» 13 juin fête de Saint Antoine de Padoue
» Neuvaine pour la Vie du 29 mai au 7 juin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
6 AC :: Cours complet :: Histoire de l'art-
Sauter vers: